Communiqué de presse Christelle LECHEVALIER
Député français au Parlement européen

Conseiller régional de Normandie

France 2018 : Au pays des islamistes et des magistrats complaisants.

Le procureur de Paris l’a annoncé avec un certain fatalisme : 50 terroristes islamistes et 400 détenus radicalisés en prison devraient être libérés d’ici un peu plus d’un an.

On ne parle plus d’une « cinquième colonne » cachée, mais d’une menace connue et ciblée à laquelle l’État semble n’opposer aucune réelle volonté de fermeté.

En effet, s’il y a un certain unanimisme pour condamner l’islamisme, aucun moyen n’est mis en œuvre pour prendre la mesure de ce phénomène qui a amené nos dirigeants, eux-mêmes, à déclarer notre pays en guerre.

Comme j’ai pu l’observer dans les prisons que j’ai visitées ces derniers mois, l’inversion des valeurs est totale dans notre système judiciaire. Au même titre qu’à Liège, l’ultra-laxisme de nos magistrats, soutenus par la jurisprudence de la Cour européenne des Droits de l’Homme, mène la France vers un chaos sécuritaire sans précédent.

Toute politique de fermeté commence par réinstaurer la perpétuité réelle et incompressible ainsi que la déchéance de nationalité et l’expulsion hors du territoire des détenus binationaux et étrangers. De plus, les « revenants » de Daech, exclus de facto de la communauté nationale, doivent être traités comme tels.

Communiqué de presse Christelle LECHEVALIER
Député français au Parlement européen

Conseiller régional de Normandie

Éolien : le peuple s’insurge. Brisons le tabou !

« Des associations de lutte contre les projets éoliens se créent quasi toutes les semaines », selon la Fédération environnementale durable. Cette énergie, imposée par les pouvoirs publics, s’avère, progressivement, être bien peu démocratique.

Au Parlement européen, nous faisons face aux allégations des écologistes autoproclamés qui cherchent à imposer, à l’encontre de l’indépendance énergétique des États, des quotas toujours plus contraignants d’énergies renouvelables et tout spécialement d’éolien.

Pour une politique vraiment écologique, nous demandons en commission de l’Énergie, la mise en place d’un grand plan d’innovation pour des énergies renouvelables de deuxième génération vraiment propres et rentables, le soutien de la filière nucléaire existante et un moratoire sur l’éolien.

Communiqué de presse Christelle LECHEVALIER
Députée française au Parlement européen

Conseillère régionale de Normandie

De l’énergie solaire à Vire : une décision lunaire

La commune de Vire Normandie veut installer 12 000 panneaux solaires sur son territoire d’ici 2020.

La décision semble s’imposer naturellement pour les élus locaux, alors que cette énergie n’est pas exempt de reproche. Comment investir 3 millions d’euros d’argent du contribuable pour ces panneaux, dans une région où le climat ne se prête pas du tout à un ensoleillement optimal ?

De plus, l’électronique des panneaux solaires est faite à base de terres rares dont l’extraction, dans les mines chinoises, entraîne des rejets d’éléments très toxiques. Cela doit disqualifier l’énergie photovoltaïque tant que l’innovation n’aura pas permis l’émergence d’une seconde génération d’énergie renouvelable 100% propre.

Le critère économique s’ajoute au critère écologique. En effet, cette installation ne sera pas rentable sans augmenter considérablement la facture d’électricité des habitants de la commune viroise, ce qui est inacceptable.

Il faut mettre un terme à ces décisions dogmatiques qui sont de véritables gabegies. En Commission Énergie au Parlement européen, je milite en faveur d’un grand Plan de développement des énergies renouvelables « de seconde génération », vraiment écologique et rentable, avec une étude d’impact au préalable, prenant en compte la totalité de leur cycle de vie.

Communication grossière de parrainage de migrants : ce système n’a plus rien à proposer !

22 élus de la Manche ont décidé de parrainer 23 migrants. Qu’attendent-ils depuis tant d’années pour parrainer les sans-abris ou les oubliés de la mondialisation : agriculteurs, artisans, étudiants, personnes âgées ou handicapées, chômeurs et autres ouvriers mis à la porte… ?

Parangon de vertu aux yeux des médias, leur charité n’est fixée que sur leur profit électoral et sur leur soumission au politiquement correct. Pourtant, ils agissent hors-la-loi, puisque le règlement Dublin III prévoit que la prise en charge de l’asile doit se faire dans le pays d’entrée des migrants. N’oublions pas que nous parlons de clandestins !

En tant que parlementaire patriote, je reste aux côtés du peuple, que je porte dans toutes les actions de mon mandat, pendant que les ambitieux enflent leur ego à grands renforts de coup de communication. De plus, je réaffirme ma détermination à faire appliquer la loi en faisant expulser les déboutés du droit d’asile. Il faut en finir avec le laxisme et le deux poids, deux mesures.

Union européenne et syndicats : le cocufiage continue

Les syndicats, unis derrière Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle il y a 10 mois, manifestent aujourd’hui contre la mise en concurrence des concessions hydrauliques devant le Parlement européen à Strasbourg.

S’ils dénoncent la mise en demeure de la France par les technocrates non-élus de la Commission européenne, ces syndicats ne remettent jamais en cause les traités européens et la mondialisation-destruction. Ces syndicats se font complices, par leur silence, de la disparition de nos services publics et de la perte de l’autonomie de notre nation en matière énergétique.

La privatisation des barrages hydroélectriques dépouillerait la France d’une ressource d’énergie, régulatrice de l’écosystème, décarbonnée et rentable.

En Commission ITRE, Industrie – Recherche – Énergie, je m’oppose à toutes les évolutions du marché unique de l’électricité européen. Ces révisions, toujours plus fédéralistes, se font au détriment des secteurs énergétiques stratégiques français qui assurent à la Nation son autonomie et aux Français, l’accès à une électricité à bas-couts.

Éolien en mer : notre mobilisation paye, le vent tourne !

Le gouvernement, sous pression des pécheurs et des habitants des littoraux, vient de déposer un amendement au Sénat visant à annuler les appels d’offre pour l’installation de parcs éoliens offshore aux larges des côtes normandes.

Imposés en dépit du bon sens par les écologistes autoproclamés, les quotas d’éoliennes auront des conséquences néfastes sur la facture d’électricité des ménages. En effet, ils nous imposent un tarif de rachat de l’électricité de 200/MWh pendant 20 ans alors que le prix actuel du marché est de 40/MWh en France et ne dépasse pas 80€ à l’étranger. C’est une aberration !

Le gouvernement, alerté par l’argumentaire pragmatique du Front National, a décidé de comprendre que ces gigantesques installations, en plus de la pollution visuelle qu’elles causent et des méfaits qu’elles causeraient sur la pêche locale, allaient entrainer une forte hausse du prix de l’électricité.

Mettons l’accent sur la recherche et l’innovation dans le domaine de l’énergie, pour obtenir des ressources propres et rentables.

Communiqué de presse de Christelle Lechevalier
Député français au Parlement européen

Conseillère régionale de Normandie

Éolien : un mauvais vent souffle sur les pêcheurs du Tréport

Le conseil d’administration de l’Agence française pour la biodiversité a rendu un avis favorable concernant le projet de parc éolien en mer, au large de Dieppe et du Tréport.

Cette décision est une terrible désillusion pour les pécheurs qui vont voir le parc se construire sur le secteur halieutique le plus riche de la Manche. Les mesures de soutien promises ne seront pour eux qu’une trop faible compensation.

En tant que député européen, siégeant dans la commission de l’Industrie, de la Recherche et de l’Énergie, je ne cesse de dénoncer les dangers de cette énergie faussement écologique, inefficace, et qui alourdira, à terme, les factures d’électricité des consommateurs.

Bien loin des positions des « écologistes » autoproclamés, je soutiens une écologie de bon sens qui assure à la France les moyens de son indépendance énergétique. Il est un fait aujourd’hui que le nucléaire est l’énergie la plus rentable et la plus décarbonnée.

Je demande donc, aux pouvoirs publics, la mise en place immédiate d’un moratoire sur l’éolien terrestre et offshore, en parallèle d’un grand plan européen d’innovation dans le domaine énergétique.

Communiqué de presse de Christelle Lechevalier
Député français au Parlement européen

Conseillère régionale de Normandie

Quand la gauche conspirationniste joue une nouvelle fois la semblante résistante de la dernière heure !

Depuis plusieurs semaines, de nombreuses contestations se font entendre face au projet démesuré « Halle République » du maire de Caen, Joël Bruneau. Cette légitime protestation des habitants, des associations et des commerçants, est désormais soutenue par l’opposition municipale, une opposition très discrète à ce sujet il y a encore peu de temps.

Je m’étais pourtant opposée, et ce dès 2016, en tant que Secrétaire départementale du Front National, à cette construction pharaonique. Si elle venait à voir le jour, cela signerait la mort du petit commerce déjà mis à mal par un contexte économique national peu favorable, couplé par les travaux du tramway.

Ils seront mis frontalement en concurrence déloyale avec les grandes enseignes et n’auront d’autre choix que de mettre la clé sous la porte. Il est regrettable que les élus de l’opposition, ces « comédiens del arte », crient au loup pour des raisons purement électoralistes, une fois le projet bien avancé.

Parce qu’ils sont essentiels au maintien de notre qualité de vie, je souhaite que nos artisans et commerçants puissent toujours exercer et animer le centre-ville sans être remplacés par des centres commerciaux sans âme. Je demande donc à Monsieur Le Maire d’entendre les inquiétudes de ses administrés, et d’enterrer ce projet pour la survie du commerce de proximité.

Repas de la refondation avec Jean Messiha

Nous recevions Jean Messiha le dimanche 11 février, ambassadeur de la refondation du Front National, lors d’un repas avec les adhérents.
À travers un discours vivifiant, il a eu l’occasion de nous expliquer les contours de cette refondation, pour prendre le pouvoir dès 2022 avec Marine Le Pen.

 

Page 1 sur 212