Samedi 2 Avril à 11h30 La Voie Est Libre sur France 3 Normandie

SONY DSChttp://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/emissions/la-voix-est-libre-basse-normandie

Ce samedi 02 Avril à 11h30, soyez nombreux à suivre La Voie Est Libre sur France 3 Normandie, émission présentée par Franck BESNIER.

La parole est donnée à la jeunesse politique d’aujourd’hui et notamment à Floriane JEANNIN, militante Front National, Conseillère Municipale à LE PETIT QUEVILLY et candidate sur la liste Normandie Bleu Marine menée par Nicolas BAY lors des dernières élections municipales.

Elle sera en débat contre les jeunes militants normands des différentes formations politiques (Les Républicains, Front de Gauche et le Parti Socialiste).

Floriane JEANNIN, vingt ans, représentera les 1640 adhérents du Front National en Normandie de moins de 30 ans.

Lettre de Marine Le Pen aux militantes, adhérentes, sympathisantes Front National

Madame, Mademoiselle,
Chère amie adhérente du Front National,

Pour la Journée de la Femme ce 8 mars 2016, ce sont vous, les adhérentes du Front National, que j’ai souhaité mettre à l’honneur. Je vous écris aujourd’hui pour vous rappeler combien notre formation politique lutte au quotidien pour améliorer le sort des femmes, sur les plans économique, social comme culturel.

Seule femme, seule mère de famille à diriger un parti politique de premier ordre, j’ai conscience des responsabilités qui sont les miennes vis-à-vis des Françaises qui attendent beaucoup de nous.

Je n’aime pas les postures, je préfère l’action concrète.
Ainsi dès le début de cette année 2016 je n’ai pas hésité à prendre la plume pour briser l’omerta politique sur les drames du nouvel an à Cologne. Ce soir-là des centaines de femmes étaient victimes de viols et d’agressions sexuelles, et l’immigration massive était en cause. Ce soir-là, dans l’indifférence des prétendues élites, le statut de la femme faisait un bond de plusieurs siècles en arrière. Ce soir-là, nos valeurs les plus chères, parmi lesquelles l’égalité entre les hommes et les femmes, étaient attaquées.
Peu m’importaient les critiques, les attaques, la mauvaise foi de mes adversaires et de certains commentateurs, il fallait que je pose des mots forts sur une réalité insupportable.
Combien d’autres l’ont fait ? Malheureusement aucun dans le monde politique français.
Notre mouvement, celui que je préside, n’acceptera jamais une telle régression civilisationnelle. Face à la barbarie nous ferons barrage. Quand les autres reculent, nous allons à contre-courant. Jamais non plus notre parti politique n’acceptera que des femmes, des jeunes femmes, en France dans nos quartiers, mettent le voile pour ne pas avoir d’ennuis, rasent les murs pour ne pas avoir d’ennuis, adaptent leur mode de vie aux exigences d’obscurs barbares, toujours pour ne pas avoir d’ennuis.
La femme française est libre, elle est l’égale de l’homme, et là-dessus je ne transigerai jamais.

Je vois aussi la femme, la femme qui travaille ciblée par une précarité sociale de plus en plus violente. La loi El Khomri sur le travail renforcerait cette dérive. Nous savons que les femmes sont toujours les premières victimes de la précarisation voulue par l’Union Européenne, et appliquée par nos gouvernements. Nous savons que ce sont les femmes qui subissent toujours en premier les temps partiels contraints. Que ce sont les femmes qui reçoivent les salaires les plus bas et des pensions de misère.
La précarité n’est pas un avenir possible pour notre pays. Je souhaite tout mettre en œuvre pour créer à nouveau de l’emploi en France, des conditions de travail et de retraite dignes. Et ce sont les femmes qui en profiteront le plus.
Dans la France apaisée à laquelle j’aspire, la femme n’est pas une variable d’ajustement à disposition des puissances d’argent.

Le Front National que j’ai l’honneur de diriger est à chaque instant aux cotés des femmes. Dans un contexte de crise économique, de déferlement migratoire, d’assauts islamistes, ce combat va s’avérer de plus en plus nécessaire dans les années qui viennent.

A vous, femmes patriotes, vous qui savez ce que signifie au jour le jour ce combat, je vous demande de porter partout haut et fort ce message.

Amitiés sincères,

Signature

SIA 2016 avec Nicolas BAY et les élus Normands

 

Nicolas Bay et les élus Normands étions présents au salon de l’agriculture ce vendredi, pour une visite politique effectuée auprès des exposants, éleveurs, cultivateurs et décideurs de notre région Normande.
Cette visite personnalisée nous a permis de nous faire connaître et de démontrer l’attachement de notre groupe NBM à nos racines agricoles et à l’intérêt que nous portons à ceux qui se battent pour préserver les acquis de cette spécialité française développée depuis la civilisation Gauloise!

retrouvez notre album photo ici

 

image image image image image image image image image image imageà nos

Submersion migratoire : de la jungle de Calais à la jungle de Ouistreham ?

Communiqué de presse de Nicolas Bay
Secrétaire général du Front National
Député français au Parlement européen
Président du groupe FN au Conseil régional de Normandie
 
Submersion migratoire : de la jungle de Calais à la jungle de Ouistreham ?
 
Si Calais est la ville qui symbolise la faillite totale de l’État et de l’Union Européenne dans la gestion de la submersion migratoire, Ouistreham pourrait hélas bientôt lui voler la vedette. La Normandie est désormais devenue une cible de premier choix pour des clandestins désireux de rejoindre l’Angleterre.
Les maires UMP de Caen et de Ouistreham, qui avaient déjà ouvert les portes de leur ville à la déferlante migratoire, mettent en danger les habitants qui seront demain les prochaines victimes de leur irresponsabilité. Avant que la situation ne devienne hors de contrôle, les pouvoirs publics doivent enfin prendre la mesure des troubles (sociaux, culturels, sécuritaires) qui se profilent sans changement radical de politique.
Le Front National appelle à l’arrêt de la politique d’immigration massive, mise en œuvre aussi bien par le PS que l’ex-UMP, par des mesures fermes et immédiates : sortie de l’espace Schengen et rétablissement de nos frontières nationales, suppression de l’Aide Médicale d’État et de toutes les pompes aspirantes, réforme drastique du droit d’asile, et reconduite systématique les clandestins dans leur pays d’origine. 
Nicolas Bay et les élus régionaux FN de Normandie seront particulièrement attentifs à l’évolution de la situation à Ouistreham dans les jours à venir.

Clandestins à Caen

Communiqué de presse de Chantal Henry
Responsable FN de la circonscription de Caen Conseillère régionale de Normandie

À Caen, les clandestins chassent les sans-abris français des foyers sociaux

 
Face à l’afflux croissant de migrants à Caen, la préfecture du Calvados a assuré que toutes les mesures et les moyens nécessaires étaient déployés pour gérer cette submersion.

Une version largement contredite par le directeur de l’action sociale et de la lutte contre l’exclusion au CCAS de Caen, Éric Le Gentil, qui révèle dans la presse que le centre d’accueil pour sans-abris de la ville est désormais saturé par les immigrés clandestins.

Affirmant que ces migrants sont exclusivement composés d’hommes, il démontre que ceux-ci ne sont pas des réfugiés fuyant la guerre puisqu’ils ne prennent même pas la peine d’emporter femmes et enfants, mais bien des immigrés économiques qui viennent chercher en Europe un illusoire eldorado.

M. Le Gentil révèle également que des agents du CCAS ont subi des agressions de la part des clandestins ainsi que des attaques des militants d’extrême-gauche de No Border qui profitent de la misère humaine pour inciter à la violence.

Dans une région comptant près de 450 000 Normands sous le seuil de pauvreté et des milliers de sans-abris, il est intolérable de voir des immigrés clandestins s’approprier les aides sociales des plus nécessiteux avec la bienveillance des services de l’État.

Le Front National exige que la préfecture réserve en priorité les places des foyers sociaux aux sans-abris français et non aux immigrés illégaux qui doivent être expulsés de notre territoire comme la loi l’impose. En refusant d’appliquer des mesure fermes contre cette situation insoutenable, les pouvoirs publics se rendent complices de cet afflux de migrants et des actes de violences perpétrés par ceux-ci.

Page 10 sur 12« Première page...89101112