Morin s’arrange pour quitter l’Assemblée en évitant une législative partielle.

image

C’est une manœuvre rondement menée. Élu président de la nouvelle grande région Normandie en décembre dernier, le député-maire UDI d’Épaignes (Eure), Hervé Morin, s’était engagé lors de la campagne à démissionner de l’Assemblée nationale en cas de victoire. S’il compte bien renoncer à son mandat, l’ex-ministre de la Défense va faire en sorte d’empêcher la tenue d’une élection intermédiaire, procédure normalement prévue pour le remplacer sur les bancs de l’hémicycle.

L’article LO178 du code électoral prévoit qu’il «n’est procédé à aucune élection partielle dans les douze mois qui précèdent l’expiration des pouvoirs de l’Assemblée nationale», soit juin 2017. Pour les élus qui démissionnent avant juin 2016, comme l’ont fait ces dernières semaines Xavier Bertrand, Valérie Pécresse et Christian Estrosi, respectivement élus présidents les Républicains (LR) des régions Île-de-France, Hauts-de-France – Nord-Pas-de-Calais-Picardie, et Provence-Alpes-Côte d’Azur, une élection partielle a ou va être organisée.

Imbroglio

En janvier dernier, interrogé sur LCP, il s’était engagé à démissionner «en temps et en heure», avant juin, ajoutant faire «confiance» à ses électeurs pour que son camp «gagne» l’élection partielle à venir.

Mais Hervé Morin semble avoir depuis changé d’avis. «Je ne souhaitais pas provoquer une législative partielle. En effet, si j’avais démissionné en début d’année, j’aurais pris le risque, à travers un scrutin partiel, de faire entrer un nouvel élu FN ou de gauche à l’Assemblée nationale. Je pense que mon électorat peut comprendre mon cumul très provisoire des mandats», a-t-il annoncé au JDD ce jeudi. Une sortie dont s’est félicité son entourage jeudi matin, assurant qu’il «(assumait) parfaitement la démarche».
Contacté aussitôt, le groupe UDI à l’Assemblée n’était pourtant pas au courant de l’annonce faite par Hervé Morin dans son interview à l’hebdomadaire. Puis, Philippe Vigier, président du groupe UDI à l’Assemblée, s’est directement entretenu par téléphone avec l’ancien ministre. «Il m’a dit qu’il ne démissionnait pas pour l’instant, et je lui ai dit que nous avions besoin de lui», a-t-il raconté au Scan en début d’après-midi.
Son siège va rester vacant

À la suite de cette discussion, Hervé Morin est à son tour sorti du silence pour expliquer ne «jamais avoir changé de version» depuis janvier. «J’ai toujours dit la même chose. J’ai mon rythme, et c’est celui du Conseil d’État, dont mon avocat m’a dit qu’il ne rendrait pas sa décision avant juin», a-t-il expliqué, jurant toutefois qu’il ne «sera plus député d’ici à la fin de la mandature actuelle». Un argumentaire qui diffère de celui de son entourage, qui louait quelques heures plus tôt son «honnêteté à assumer les véritables raisons de son départ plutôt que de se servir des recours comme d’un prétexte pour faire blocage».
Conséquence inévitable de cette décision: son siège devrait rester vacant et l’Assemblée ne compter plus que 576 députés jusqu’aux prochaines législatives, qui se tiendront dans le courant du mois de juin 2017.
Le FN dénonce «un bras d’honneur à ses propres électeurs»

NICOLAS BAY
Interrogé sur les propos tenus dans le JDD par Hervé Morin, le secrétaire général du FN, Nicolas Bay – qui a affronté l’ancien ministre lors des élections régionales en Normandie – s’est montré très prompt à critiquer la démarche. «C’est incroyable», s’est-il d’abord étonné. «Il va geler sa circonscription et priver ses propres électeurs de toute représentation à l’Assemblée nationale. C’est un bras d’honneur pur et simple qu’il leur fait là», a sèchement taclé l’élu normand.

source : Le Figaro

« Le Monde » cette imposture

MLP

Madame, Monsieur,

Il fallait probablement attendre que la déflagration de la bombe sale du «Monde» soit passée, que la presse française à de rares exceptions près se soit repue de ses propres mensonges, pour analyser calmement la séquence odieuse à laquelle nous venons d’assister.

Odieuse et en même temps tellement révélatrice d’un fonctionnement dont la démocratie et l’Etat de droit sortent totalement essorés.

Le journal censé être le plus sérieux de la presse française (c’est dire…) mais connu pour son combat acharné contre le Front National, (voir l’éditorial de son directeur Jérôme Fenogilo, à deux jours du premier tour des régionales et intitulé « le FN cette imposture »), a donc sous le titre racoleur « Panama papers : comment des proches de Marine Le Pen ont sorti de l’argent de France », lancé une gigantesque offensive médiatique contre le Front National et moi-même sur la base de prétendues « révélations » qui ne révèlent ….rien, nada, zéro, le vide sidéral.

Et pourtant… Comme ces foules prises d’hystérie collective, les médias français se sont jetés à corps perdu dans un lynchage en règle du premier parti de France.

« Détournement », « système opaque d’évasion fiscale », « fraude fiscale », « dissimulation », « société offshore » plein de mots qui salissent, jetés en vrac dans plein d’oreilles qui n’en demandaient pas tant. Télés, radio, journaux, réseaux sociaux… En quelques heures tout ce que la France compte de relais d’information étaient saturés d’un flot ininterrompu de supputations, d’amalgames, d’insinuations ou pour les plus zélés, de bonnes grosses accusations diffamatoires exprimées sans aucune prudence, sans aucune retenue, au mépris de toute déontologie et évidemment sans la moindre vérification.

A la fin de la journée, les médias s’étaient tellement intoxiqués les uns les autres (les uns par incompétence et/ou suivisme, les autres portés par leur mauvaise foi militante traditionnelle) que chacun était sûr de son fait : « le Front National avait caché de l’argent au Panama et Marine le Pen était (de près ou de loin) coupable » De quoi ? Ils ne savaient pas trop mais c’était et reste pour eux totalement insignifiant.

Cette séquence est un cas d’école de pure désinformation qui pourra être étudié dans les instituts de formation de journalisme sous le titre  » comment manipuler les foules ».

Mais la vérité dans tout cela ?

Car si elle n’intéresse pas nos journalistes militants, je suis convaincue qu’elle intéresse les Français.

La vérité est que ni moi ni le Front National n’avons à nous reprocher quoi que ce soit dans cette affaire « Panama Papers. »

Ni moi ni le Font National n’avons jamais envoyé d’argent ou quoi que ce soit.

Ni moi ni le Front National n’avons de compte en banque ni au Panama ni dans aucun autre endroit au monde.

Ni moi ni le Front National n’avons dissimulé/détourné/optimisé/fraudé… etc un centime.

Tous les médias le savent, alors pour tenter de nous impliquer ils usent de la bonne vieille méthode totalitaire « si ce n’est toi c’est donc ton frère prestataire « .

C’est ainsi que l’on nous demande de nous justifier d’un investissement à Hong-Kong (qui n’est pas un paradis fiscal) effectué par un de nos prestataires !!

A ce rythme on vous demandera demain de justifier de l’utilisation faite par votre garage de l’argent que vous lui avez versé pour faire réparer votre voiture ! A-t-il payé ses impôts ? Versé sa pension alimentaire ? Je pense que même en URSS ils n’allaient pas aussi loin dans la violation des principes de notre État de droit.

Même si notre prestataire est un ami, je ne vois pas bien quelle responsabilité l’on peut avoir dans les stratégies commerciales qu’il met en œuvre !

De ce que nous savons ,il a ouvert une filiale à Hong-Kong (et pas au Panama…) pour conquérir, je suppose, de nouveaux marchés ; qu’il a, semble-t-il, pour ce faire investi une partie de ses bénéfices après impôts dans une filiale, opération validée par le fisc français ; Et figurez-vous que nous le savons, car cette opération commerciale a fait l’objet depuis 18 mois d’investigations de la part du juge Van Ruynbeke qui n’a, à ma connaissance, rien découvert qui puisse de près ou de loin révéler une fraude, une dissimulation fiscale de sa part et encore moins une implication quelconque ( même de loin) du FN dans cette opération financière.

Voilà… Rien, nada, zéro, le néant….

Des tonnes de papiers, des heures d’accusations plus graves les unes que les autres, des calomnies déversées à la pelle contre mon mouvement sans le début de commencement d’un fait délictueux ni même d’un comportement inapproprié.

Pendant qu’on invite l’opinion publique à regarder le Front National, on détourne son regard des politiques qui ont donné les clés à la finance sale, entre Big bang financier et abaissement des souverainetés nationales.

Alors oui, ça en dit long sur l’état de l’information en France, sur le niveau et le militantisme des médias français, sur le respect des fondements de notre État de droit, sur le fonctionnement moribond de notre démocratie.

Mais ça en dit long surtout sur la panique qui saisit nos élites autoproclamées à l’approche d’une élection présidentielle qui demain pourrait tout changer, rétablir nos droits individuels et nos droits collectifs de peuple libre.

Contre le Front National et ses candidats il n’y aura aucune limite, aucune retenue, tout sera permis. Nous le savions, vous deviez aussi le savoir et vous y préparer.

Nous continuerons quant à nous à faire émerger la vérité, partout et en toutes circonstances, quel qu’en soit le prix. C’est plus que notre droit, c’est notre devoir.

Amitiés sincères,

Marine Le Pen

Samedi 2 Avril à 11h30 La Voie Est Libre sur France 3 Normandie

SONY DSChttp://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/emissions/la-voix-est-libre-basse-normandie

Ce samedi 02 Avril à 11h30, soyez nombreux à suivre La Voie Est Libre sur France 3 Normandie, émission présentée par Franck BESNIER.

La parole est donnée à la jeunesse politique d’aujourd’hui et notamment à Floriane JEANNIN, militante Front National, Conseillère Municipale à LE PETIT QUEVILLY et candidate sur la liste Normandie Bleu Marine menée par Nicolas BAY lors des dernières élections municipales.

Elle sera en débat contre les jeunes militants normands des différentes formations politiques (Les Républicains, Front de Gauche et le Parti Socialiste).

Floriane JEANNIN, vingt ans, représentera les 1640 adhérents du Front National en Normandie de moins de 30 ans.

Page 11 sur 13« Première page...910111213